Bourse : Des cours en bonne forme pour des sociétés pourtant en difficultés

B.B | Le 17/1/2022 à 17:33
Delattre Levivier et Stroc Industrie sont dans des situations financières compliquées depuis plusieurs années mais ont vu leur cours en bourse progresser anormalement fortement en 2021. En 2022, elles surperforment toujours le MASI avec des hausses respectives de 58% et 10,4%. Des hausses qui ne trouvent que peu ou pas de fondement. La première audience pour statuer sur le plan de redressement de Delattre se tiendra le 20 janvier.

En 2021, certaines sociétés cotées connaissant des situations difficiles comme des redressements judiciaire ou plan de sauvegarde ont très fortement progressé en bourse.

C’est le cas notamment de Stroc Industrie et Delattre Levivier Maroc. Les deux entités ont connu des évolutions boursières spectaculaires en 2021 avec des hausses de 85,4% et 71,3% sur la période, alors que le MASI ne progressait que de 18,35% parallèlement.

Ces évolutions semblent être décorrélées de leurs réalisations opérationnelles. Cette année encore, les deux valeurs surperforment largement le MASI et même si le cours de Stroc Industrie évolue plus calmement, ces progressions ne laissent pas entrevoir de justification fondamentale.

Delattre Levivier : Une première audience au tribunal attendue le 20 janvier

Après avoir été placé sous plan de sauvegarde judiciaire en décembre 2019, le groupe est en redressement judiciaire depuis avril 2021 suite à une situation de cessation de paiements. Les résultats du groupe au premier semestre 2021 ont affiché des pertes supérieures à celles affichées à fin juin 2020 à -46,6 MDH ainsi qu’un chiffre d’affaires en baisse de 58% à 59,5 MDH.

Mais en bourse, le groupe a affiché une croissance de 71,3% l’an dernier. Une envolée inexplicable qui laisse peu d’explications possibles. Cette année encore, le cours surperforme le MASI. Le cours enregistre une croissance de 58% passant de 61 dirhams à 96,4 dirhams en l’espace de seulement deux semaines. Encore une fois, aucune explication fondamentale n’est possible sachant qu’aucune communication chiffrée du groupe n’est publiée depuis le début de l’année.

Source : leboursier.ma

Une source au sein du groupe nous confiait dans un précédent article début novembre : « nous avons remarqué la progression et nous n’avons aucune explication sur les raisons qui pourraient l’expliquer ». Notre interlocuteur nous informait que suite à l’annonce du redressement judiciaire, une phase d’observation était entamée et devait se solder par la décision du syndic sur l’avenir de l’entreprise. Ce rapport devait par la suite être transmis au tribunal sous une durée d’un à deux mois.

Contactée ce jour, une source proche du dossier nous informe que « la première audience pour statuer sur le redressement est fixée au 20 janvier ». Le syndic a donc soumis un rapport au tribunal et il s’agira là de la première audience afin de déterminer le futur de l’entreprise. Il y aura donc globalement trois possibilités légales. Premièrement, un accord sur le plan de redressement. Deuxièmement, une demande d’ajustement du plan, qui amènerait Delattre à revoir sa copie. Troisièmement et dans le pire des cas, une liquidation du groupe si toutefois le plan de redressement est rejeté.

Stroc Industrie toujours en hausse et en position périlleuse 

Il convient de rappeler que Stroc Industrie est sous plan de sauvegarde depuis 2018 et fait l’objet de réclamations régulières de ses créanciers.

La société a cependant bien rebondi grâce au rebond économique de 2021. Le groupe affichait au premier semestre 2021 un sursaut de ses indicateurs avec un chiffre d’affaires en progression de 136% à 27,7 millions de dirhams et un résultat bénéficiaire à 7,4 millions de dirhams contre un déficit de 30 millions de dirhams sur la même période en 2020. Si la valeur est globalement illiquide et que peu d’échanges peuvent fortement impacter à la hausse son évolution de cours, il faut préciser que cette hausse fulgurante s’est également traduite par une augmentation significative dans les volumes échangés.

Source : leboursier.ma

Le cours a évolué à la hausse dans des proportions inexplicables à partir d’octobre 2021. Une source du marché nous expliquait dans un précédent article qu’« in fine, il y a des signaux positifs qui sont envoyés sur le marché avec les résultats du premier semestre ». Une note qui tranche avec le sentiment qui suivait l’annonce du plan de sauvegarde.

Une source avisée chez Stroc Industrie nous confiait même « ne pas comprendre les raisons pour lesquelles le cours affiche une telle hausse. Nous aimerions comprendre pourquoi, mais nous n’avons aucune explication ». Depuis le début de l’année, le cours affiche une progression de plus de 10%, surperformant largement le MASI, en hausse d’un peu plus de 3% seulement en YTD. Une hausse qui ne trouve pas de fondement particulier dans le sens où aucune publication n’a été effectuée depuis la parution des résultats du troisième trimestre 2021 qui affichaient un chiffre d’affaires en progression de 76% par rapport à la même période une année auparavant.

lire aussi
  • | Le 27/5/2022 à 16:37

    Sothema : chiffre d'affaires au premier trimestre 2022 en hausse de 17%

    Le chiffre d'affaires du groupe progresse poussé par l'amélioration des volumes d'affaires, tant au niveau du marché privé que public. L'endettement baisse de 9,5% à 98 MDH et le ratio d'endettement ressort à 7,9% à fin mars 2022. Les ventes à travers sa filiale sénégalaise West Afric Pharma progressent de 20,6%.
  • | Le 27/5/2022 à 10:29

    CIH Bank : forte hausse de 66% du RNPG à fin mars 2022

    Le groupe a amélioré ses marges d'intérêts et marges sur commissions à fin mars 2022. Le PNB consolidé ressort en hausse de 14% par rapport à la même période en 2021. Les crédits à la clientèle s'améliorent de 3% par rapport à décembre dernier.
  • | Le 27/5/2022 à 8:47

    Auto Nejma : baisse de 7,5% du chiffre d'affaires au premier trimestre 2022

    Le groupe a subi les difficultés d'approvisionnement et les pénuries découlant de la crise des semi-conducteurs. Le nombre des véhicules vendus au premier trimestre 2022 recule de près de 12%.
  • | Le 27/5/2022 à 8:20

    Ciments du Maroc : hausse de 11% du chiffre d'affaires à fin mars 2022

    Le groupe a vu son chiffre d'affaires se fixer à 955 MDH au premier trimestre. Les investissements progressent de 78% notamment en lien avec la construction du centre de broyage de Nador.